Comment définir les dimensions des bandes transporteuses et des courroies de transmission ?

Comment définir les dimensions des bandes transporteuses et des courroies de transmission ?

Qu’est-ce que k1%, kadm et la force périphérique ? Quand on en entend parler pour la première fois, on a l’impression qu’il s’agit d’une langue étrangère. C’est pour cette raison, que je vais expliquer ce qu’ils signifient et quel impact ils ont sur le choix d’une bande/courroie.

k1% est un concept essentiel dans la terminologie des bandes transporteuses et courroies de transmission que l’on retrouve souvent  dans nos fiches techniques. Il s’agit d’une manière d’exprimer le module d’élasticité d’une courroie de transmission ou d’une bande transporteuse en matière synthétique. La valeur k1% donne la force de traction en Newton par unité de largeur (en mm) nécessaire pour allonger la bande de 1%. Elle donne une indication sur le rapport force/élongation (ou tension/étirement) de la bande (force requise pour allonger la bande de 1%).

Elle définit également la valeur de tension de la bande (en %) nécessaire à l’obtention d’une force de traction spécifique. Il existe différents types de k1% : k1% statique, k1% relâché et k1% a.r.i. (abréviation de « after running in », c.-à-d. après rodage).

La valeur statique fait partie des spécifications techniques. Sa mesure est effectuée juste après étirement de l’échantillon de bande sans tenir compte de la relaxation. Comme la corrélation entre la force et l’élongation d’une matière synthétique dépend du temps (relaxation), il est essentiel de connaître la valeur k1% après relaxation. Les deux valeurs de k1% (statique et relâché) sont utiles pour les bandes transporteuses et les cordons machine. La transmission de puissance avec des courroies plates est un processus très dynamique. Des charges importantes et des vitesses élevées sont à l’origine de cycles de tension/détente de haute fréquence entre le brin tendu et le brin mou. Ceci engendre des tensions complexes au niveau de la courroie. C’est pourquoi, il est indispensable de connaître le rapport exact entre la force et l’élongation après relaxation et après rodage pour pouvoir définir avec précision les courroies plates de transmission de puissance. La valeur de « k1% après rodage » (k1% a.r.i.) s’applique également aux courroies de plieuses/colleuses.

Relaxation des matériaux
Relaxation des matériaux

 

K1% ne donne pas d’indication sur la résistance de la bande. Celle-ci est donnée par « la force de traction admissible (kadm) » dans le cas de bandes transporteuses et par la « force périphérique » dans le cas de courroies de transmission de puissance.

Kadm exprime la force admissible par unité de largeur [N/mm] qui peut être appliquée dans des conditions climatiques standards (23°C/73°F, 50% d’humidité relative) à une bande textile sans fin jonctionnée suivant la méthode préférentielle.

La force périphérique nominale indique la capacité de transmission de puissance d’une courroie sans fin. Elle s’exprime sous forme d’une force par unité de largeur [N/mm] qui peut être transmise par une courroie de 1 mm de large possédant un arc de contact de 180° et un coefficient de friction défini et qui ne doit pas excéder l’élongation maximale admissible.

Ne jamais dépasser la force de traction admissible.

La couche de traction influencera ces valeurs. Les différents matériaux que nous utilisons comme par exemple le polyamide, le polyester et l’aramide présentent différentes résistances et capacités d’allongement. Le polyamide est extensible alors que la fibre aramide ne s’étire pratiquement pas. Nous profitons de ces caractéristiques variables pour créer des bandes flexibles (adaptées aux gros chocs pour les bandes possédant un corps de traction en polyamide) ou des bandes avec une très grande stabilité dimensionnelle (bandes avec un corps de traction en aramide pour des draps d’impression très précis). C’est ce que nous appelons « déformation » dans notre jargon.

Le tissage est également très important comme l’utilisation de différents motifs aura une influence sur l’élongation résiduelle et sur la déformation élastique (allongement du tissu soumis à une tension).  La déformation élastique est la raison pour laquelle nous demandons de tendre systématiquement une bande transporteuse d’au moins 0,3% pour les bandes avec un corps de traction en polyester et 0,5% pour celles avec un corps de traction en polyamide.

Nous espérons que cet article vous a aidé à mieux comprendre ce sujet potentiellement complexe. N’hésitez pas à nous contacter !

19 septembre 2017  |  Posté par

Johan Tisell est responsable du développement commercial chez Habasit Norvège. Il travaille au sein de l'entreprise depuis 1976. Avec plus de 40 ans d'expérience, il dispose d'un large éventail d'expertise dans toutes les industries, mais il est spécialisé dans les bandes textiles et les courroies de transmission de puissance. Johan parle suédois, anglais, danois et norvégien, mettant ainsi ses connaissances à la portée de tous les clients à travers le monde.